Icon Les Conseils De Kidibou
  • slidebg1
    Les conseils
    Kidibou
    de
  • laptopmockup_sliderdy
    Notre neuropsychologue vous informe !
  • laptopmockup_sliderdy

ARTICLES

Les enfants et les limites

Les conseils de Damien, neuropsychologue à Maurice

Le sujet 'des limites chez l'enfant' est un sujet auquel tout parent s'est retrouvé confronté. Chaque parent s'est déjà posé la question de savoir s'il était trop stricte ou pas assez. Dans un monde où 'l'interdit' est mal perçu et où la 'liberté' est acclamée, comment devons nous agir pour aider nos enfants à s'épanouir? Oui. il me semble que le sujet est là : l'épanouissement de l'enfant. D'ailleurs le psychanalyste Claude Halmos écrit si justement (à mon sens) : 'un enfant sans limites n'est ni libre ni heureux'. Et ce bonheur et cette liberté sont nos priorités en tant que parent car, un enfant épanoui n'a-t-il pas plus de chance d'être un adulte abouti?

Pour nous aider dans notre réflexion, Kidibou a interrogé Géraldine Bray, Psychologue Clinicienne, qui exerce actuellement en France mais qui a également exercé sur notre petite île.


Géraldine pouvez vous, avant de commencer, nous préciser les composantes de votre formation et vos diverses expériences?

Psychologue Clinicienne depuis 2006, j'ai travaillé à Maurice dans de nombreux cadres: associatifs, scolaires, etc...Depuis un peu plus d'un an je travaille dans un Centre Medico Psychologique pour enfants et adolescents en région parisienne ainsi que, dans une crèche hospitalière.

Rentrons dans le vif du sujet. Le pédopsychiatre Patrick Delaroche dit : 'une éducation sans interdit est proche du mauvais traitement'. Quel est votre avis? À quoi servent les règles et les limites?     

L'un des objectifs des parents est d'apprendre à l'enfant à devenir un petit humain, un homme, une femme, citoyen du monde régi par des lois qui sont les mêmes pour tous dans une société donnée. Telle personne n'a pas le droit de voler plus qu'une autre, c'est interdit un point c'est tout. Cela, l'enfant va l'apprendre en intégrant les lois de son 'groupe famille', en les testant de différentes manières selon son état émotionnel, son âge, sa relation aux autres etc....Il lui faudra donc faire le difficile apprentissage, que tout n'est pas permis et qu'il n'est pas tout puissant.

Comment poser les limites respectueusement et à partir de quel âge?

Les limites se posent dès le plus jeune âge tant que cela est verbalisé à l'enfant. Il est essentiel que ces limites aient du sens pour l'enfant. Elles seront respectueuses à partir du moment où elles s'adressent à un enfant considéré comme un sujet singulier, une personne à part entière en apprentissage de devenir 'un petit humain'...

Y a t-il selon vous une répartition idéale des rôles de parents?

Chaque famille a son propre fonctionnement. Il est important que le couple parental soit cohérent dans ce qu'il énonce à leur enfant : qu'ils respectent la parole de l'autre ainsi que celle de l'enfant. C'est pour cela que la question des limites, les remises en question du modèle éducatif doivent être discutées en amont au sein du couple et non devant l'enfant. Si un parent interdit à un enfant de manger des sucreries après son dîner et que l'autre les lui donne, quelle valeur la décision du premier aura t- elle? Comment à partir de là l'enfant comprendra t-il que les interdits sont les mêmes pour tout le monde?

Pour finir Géraldine, une dernière question et pas la moindre. Comment interdire sans tomber dans le côté punitif ou l'autoritarisme?

Interdire, ce n'est pas faire peur. Interdire ce n'est pas non plus être violent. Si un parent frappe un enfant ou le menace de manière à ce qu'il en garde une crainte profonde, cela provoquera sans doute une satisfaction immédiate à l'adulte qui aura été mis en difficulté par le comportement de cet enfant. Toutefois, cela n'apportera ni satisfaction dans la relation, ni sens, ni consolidation de la relation dans la confiance et la bienveillance. L'enfant apprendra aussi que la loi est synonyme d'autoritarisme, aux punitions d'intensité aléatoire et arbitraire. Il apprendra que la loi n'est pas la même pour tout le monde et que seul le plus fort à raison. L'exemple type est le parent qui bat son enfant tout en lui interdisant de battre ses camarades à l'école.

Quelques propositions de travail (données par Géraldine Bray):

-Prévenir son enfant de ce qu'il fait et des conséquences que cela pourrait entraîner de façon à ce qu'il puisse rectifier son comportement de lui même.
-Rester cohérent par rapport à une décision prise quant aux conséquences enoncées.
-Votre enfant est très peu capable de vous entendre au moment d'une crise de colère. Il sera plus pertinent de revenir sur ce qui s'est passé après 'la tempête' (comme pour tout un chacun).
-Une fois le calme revenu, ne jugez pas votre enfant d'emblé, mais essayez de comprendre ce qui est arrivé. Demandez lui de  raconter ce qui s'est passé selon lui et vous comprendrez son chemin de pensée. Ainsi vous pourrez élaborer ensemble quelle solution pour l'enfant sera la meilleure la prochaine fois afin qu'il ne se retrouve pas dans la même situation.
-S'il ne veut pas parler, vous pourrez lui prêter vos mots sans être catégorique: 'il me semble que...', 'j'ai eu l'impression que...'.
-Votre enfant répondra toujours beaucoup plus aux encouragements et aux valorisations qu'aux punitions.

Géraldine Bray


QUESTIONS PRÉCÉDENTES :



VOS QUESTIONS :